Soutenance HDR de Anne Trinquier

Anne Trinquier, ingénieure  MC-ICPMS, à Geo-Ocean dans l'équipe ANTIPOD, soutiendra son Habilitation à Diriger des Recherches le jeudi 16 juin 2022 à 14h à l'IUEM (Amphi A). Son sujet :

Stratégies Analytiques en Géochimie Isotopique Appliquées aux Sciences Planétaires, à la Non-Prolifération Nucléaire et aux Géosciences Marines

Composition du jury :

  • Maud Boyet (examinateur), Laboratoire Magmas et Volcans - Cézeaux
  • Christophe Hémond (examinateur), UMR 6538 - Geo-Ocean - Plouzané
  • Bernard Bourdon (rapporteur), Laboratoire de Géologie de Lyon Terre, Planètes, Environnement
  • Hélène Isnard (rapporteur), Service d'Etudes Analytiques et de Réactivité des Surfaces - CEA SAclay
  • Stefan Lalonde (rapporteur), UMR 6538 - Geo-Ocean - Plouzané

Découvrez ci-dessous le résumé de sa présentation :

Dans ma démarche scientifique, le développement de méthodologies et l’optimisation des dernières innovations technologiques et instrumentales se sont avérés déterminants pour étudier des problématiques complexes en Sciences Planétaires, en Géochimie et en Garantie Nucléaire.

A partir d’une sélection de projets de R&D, mon HDR propose de tisser un fil conducteur entre mes stratégies analytiques en spectrométrie de masse de dernière génération, voire en prototypage, destinées à repousser les limites de la précision analytique et de la détection, tout en contrôlant les biais analytiques. Ces avancées technologiques ont sensiblement amélioré la compréhension des processus de formation et de différenciation planétaires et leur chronologie, ainsi que le traçage isotopique de faibles quantités d’uranium, l’un des jalons de la prévention de la prolifération des armes nucléaires.

C’est à partir de ce socle de compétences analytiques et d’innovations métrologiques et en m’appuyant sur les futures avancées techniques en spectrométrie de masse, que je propose de contribuer aux thématiques de recherche de l’Unité Mixte de Recherche Geo-Ocean par l’amélioration de la chronologie U-Th des roches carbonatées pour reconstruire la paléocéanographie et la paléoclimatologie au cours des derniers 500 000 ans et concourir à une meilleure anticipation du changement climatique actuel et des aléas liés aux instabilités sédimentaires, aux crises tectoniques et sismiques.